Leur vie est un roman

leurvieUn spectacle de Didier Gauroy et Fabien Varlet
Texte original et mise en scène : Didier Gauroy
Scénographie numérique et programmation : Fabien Varlet
Création lumières : Frédéric Gibier
Création sonore : Alexandre Lambelin
Interprètes : Guillaume Cottret, Benoît Ferrand, Annie Kobik, Laëtitia Le Mesle
 

 

 

 

Une jeune femme, Eva, part à l’étranger pour une mission professionnelle. Elle laisse à Paris son fiancé Oscar et sa mère Viviane, avec qui elle entretient une grande complicité, ce qui lui a permis de vivre une vie heureuse. Son père, elle ne l’a pas connu.

Un autre homme, Richard, va entrer dans sa vie, un homme blessé… dont le chagrin est dû à la perte brutale et récente de sa femme, dont on suppose qu’elle a été victime d’une maladie foudroyante ou d’un accident. C’est un diplomate expatrié dont la vie se déroule entre confort, solitude et désarroi.

Viviane vit seule et a tiré depuis bien longtemps un trait sur une vie personnelle et sentimentale. Elle s’est tout entière consacrée à sa fille, dont on peut dire qu’elle est sa seule raison de vivre.

Oscar est un être mystérieux, secret. Il garde jusqu’à maintenant une certaine discrétion sur son passé, même vis-à-vis d’Eva. Il a ce côté intellectuel et réfléchi qui a séduit Eva dès leur première rencontre. Il est différent de ses fréquentations précédentes.

C’est une histoire d’amour, et même, une histoire d’amours à quatre personnages.
C’est un mélodrame, c’est-à-dire une histoire où les personnages sont objets de leurs désirs, de leurs émotions, de leurs sentiments. Une histoire où l’amour reste sinon une aventure impossible, du moins oblige à un parcours chaotique, semé d’épreuves. La mort est là, proche, avec sa cousine la folie. Fou d’amour ?

Note de l’auteur

« Leur vie est un roman » rend hommage aux histoires populaires, aux faits divers qu’on lit parfois en cachette, à l’intimité des sentiments, à l’intimité des êtres, aux désirs , aux actes qui font basculer au-delà de la ligne rouge, pour des ballades sauvages…
Il ouvre ses possibles à la photographie et au cinéma, pour devenir multiple, protéiforme.
Les technologies numériques en sont des outils incontournables, jouant sur la perception du spectateur : multiplication des espaces de narration, fragmentation, décomposition-recomposition, actions parallèles, corps vivants sur scène, corps vivants ailleurs et projetés, simultanéité.

J’ai écrit en me moquant tendrement de ces phrases courtes des romans-photos, ancrées dans des situations banales, ordinaires, parfois insignifiantes.
J’ai écrit des monologues intérieurs pour décrire les tourments, les doutes et incertitudes, les errements et les complots, les secrets qui rongent.
J’ai voulu des didascalies en forme de petits cailloux…
J’ai écrit une histoire qui ménage des coups de Théâtre, des imprévus, des bouleversements.

J’aurais voulu que Douglas Sirk puisse réaliser le film de cette histoire.

Didier Gauroy

 

Note du plasticien

Face à la complexité des codes de narration du texte (dialogues, pensées, didascalies, indications circonstancielles de lieux, de temps, sonores…), nous avons travaillé à la multiplication, au tissage et à l’équilibre des formes sur le plateau.

« Leur vie est un roman » est un spectacle de Théâtre dont la dramaturgie donne une place importante à l’Image et au Son, notamment générés à l’aide de la technologie dite Temps Réel.
Cette technologie procède par la captation d’événements scéniques produits par les comédiens (sons, mouvements…). L’outil informatique, programmé en amont, traite les événements et influence la (re)présentation.

Un aléatoire contrôlé fait ainsi irruption dans le spectacle (projection d’images gelées extraites du spectacle en train d’être, images figuratives réalistes glissant vers l’abstraction et l’onirisme graphique…).

Nous restons attachés au cadre général de l’esthétique du roman-photos.
Ainsi des cases apparaissent à l’aide de surfaces de projection distinctes, surfaces éclatées dans la profondeur (de champ).
Nous jouons également avec la syntaxe narrative, en poussant les codes jusqu’à leur saturation (mise à distance).

La scène est le cadre d’un véritable dispositif technologique, mais qui laisse la place à la narration, à ses événements, au jeu des acteurs. Nous ne sommes pas au spectacle de la technologie mais au Théâtre.

Fabien Varlet

 

Caractéristiques techniques

Spectacle tout public à partir de 13 ans, créé les 12 et 13 novembre 2009 au Centre Culturel Calonne de Sedan suite à une Résidence.

Nombre d’artistes sur scène : 4
Durée du spectacle : 1 heure 15 environ
Fiche technique détaillée :  sur demande
Espace scénique :
– ouverture : 8 mètres environ
– profondeur : 8 mètres environ
– hauteur minimale sous cintres : 5  mètres

Le spectacle bénéficie d’une aide à la diffusion en Région Champagne-Ardenne et sur le territoire du Grand Est (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté et Lorraine).

Ce spectacle a reçu le soutien de la Région Champagne-Ardenne / ORCCA
Coproduction SPOKOÏNO THEATRE – Centre Culturel Calonne de Sedan
en partenariat avec l’Espace Gérard Philipe de Saint-André-les-Vergers (Aube)

 

Crédit photographique : Philippe Rappeneau / Annie Kobik / Laëtitia Le Mesle / Benoît Ferrand (Tous droits réservés)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Presse