Emile ou la couleur du vent

Chorégraphie et création sonore : Didier Gauroy
Costume :
Gingolph Gateau
Création lumières :
Frédéric Gibier
Interprète :
Fabien Varlet
 

 

 

 

 

« Le ruisseau vous apprendra à parler… Il vous redira, à chaque instant, un beau mot tout rond qui roule sur des pierres. » G. Bachelard

Vole-t-il entre deux eaux ?
Nage-t-il comme les oiseaux ?

A ces deux éléments – l’air et l’eau – correspond une double esthétique du mouvement, quand la Danse se livre à une parade fluide, quand la Langue des Signes – la langue des sourds gestuels – fait la cour à la Danse. Le comédien évolue sur un espace carré et translucide, une aire de lancement, en fait.

Il s’affranchit du sol et s’élève. Il est un corps aux prises avec les éléments sonores du vent et du fleuve, de la goutte et du blizzard.

Dans ce Théâtre de mouvement, les mots ne sont pas dits, mais signés.

On assiste dès lors à une fusion des syntaxes du corps et de cette langue, quand les mains du comédien dansent les mots à la manière d’un

marionnettiste de l’Invisible, quand ils se disent, s’écrivent, et s’adressent par l’Espace.

Naissance et inexorable désir ascensionnel…

Un enregistrement original accompagne le récit, en forme de voyage extrêmement plastique.

Le costume créé par Gingolph Gateau contribue à fluidifier la narration et à nourrir l’univers esthétique du metteur en scène, Didier Gauroy, dont c’est la seconde chorégraphie, après celle de Gilles de Rais en 1995.

 

Caractéristiques techniques

• Création : mardi 28 septembre 2004 à 20 h 30 / Théâtre de la Madeleine à Troyes
• Pour tout public à partir de 8 ans
• Durée du spectacle : 40 minutes
• Espace de jeu : carré de 4m x 4m (tapis de danse translucide fourni)
• Espace scénique minimum:
– ouverture : 6m
– profondeur : 5m
• Pendrillonnage à l’italienne
• Tapis de danse noir
• Son : système de diffusion CD
• Plan de feu disponible sur demande

 

Crédit photographique : Gingolph Gateau (Tous droits réservés)


Vidéo : Spokoïno Théâtre (Tous droits réservés)